SITE GENEALOGIQUE ET HERALDIQUE DU CANTON DE FRIBOURG




de Vallière

(olim: de Régnier de Vallière)

Origine: Tirerait son nom de Vallière à Neuvy-lès-Moulins en Bourbonnais.

Vallière est une ancienne demeure seigneuriale qui remplaça un ancien château. Au XIVème siècle, Jean CORDIER est seigneur de Vallière. Le dernier CORDIER, seigneur de Vallière, fut un autre Jean, maître d'hôtel d'Anne de France et châtelain de Moulins en 1510, décédé sans postérité en 1526.

La famille RÉGNIER semble avoir possédé Vallière au XVIIème siècle puis l'avoir vendu vers 1680 à Louis de GÉNESTOUX 1625-1700. Vallière passa ensuite à son fils Jean de GÉNESTOUX, puis à ses petits-fils André-Louis et Adrien.

Les GÉNESTOUX. vendirent Vallière en 1776 à Claude du BOUYS, né à Ygrande le 21 février 1729 et décédé à Vallière le 4 juin 1789, seigneur de Vallière, avocat au présidial de Moulins, puis receveur général des assignations en la sénéchaussée de Moulins. Il avait épousé le 18 février 1756 Marie du BOUYS dont il eut entre autres : Joseph Alexandre du BOUYS, né à Ygrande le 9 septembre 1773 et décédé à Vallière le 3 novembre 1802, ayant épousé le 14 mars 1795 Marie Emmanuelle CHARBON de VALTANGE, dont il eut deux filles dont Marie-Eulalie.

Marie Eulalie du BOUYS de VALLIÈRE, née à Souvigny le 23 mai 1800 et décédée à Vallière le 3 décembre 1848, héritière de Vallière, épousa, à Moulins le 23 mai 1819, Gabriel de BONAND, né en 1784. D'où Henri-François de BONAND 1823-1891.
 
 

Bourgeoisies: Moudon VD 1790

Variante: REGNIER dit de VALLIÈRE, RÉGNIER de VALLIÈRE, de RÉGNIER de VALLIÈRE.

Armoiries:
 

"D'azur au chevron d'or accompagné en chef de deux étoiles d'argent, et en pointe d'un gland du même"

- DHBS, Neuchâtel, 1933, p. 26.
- GALBREATH (Donald) : Armorial vaudois. Genève, Slatkine, 1977. Tome II, pp 577-578.
 
 

"D'azur au chevron d'or, accompagné en chef de 2 étoiles à 5 rais d'argent et en pointe d'un gland éffeuillé du même, la queue en haut"

- RIETSTAP : Armorial général, 2ème éd.. Gouda, van Goor zonen.

Pages web à vistier :
- Tour Maurice de Vallière : http://www.ave.fr/wp-lCt_post_li/enchere/425/1368434883/B035096/tour-ets-de-valliere-h-130
- Agence immobilière de Vallière : http://www.agencedevalliere.com/

Généalogie :

I Joseph de RÉGNIER, de Vallière à Neuvy-lès-Moulins, habitant Moulins en 1645.
Il épousa Gilberte de FONTAIX dont il eut au moins trois enfants :
  

1- Charlotte, baptisée à Moulins le 10 septembre 1645.
2- Jean qui suit II.
3- Suzanne, baptisée à Moulins en 1648.

 

Château de Vallière près Moulins





II Jean de RÉGNIER de VALLIÈRE, baptisé à Moulins le 18 juin 1647 et décédé à Paris (St-Paul) en 1699,
Il s'était marié en 1683 et eut au moins deux fils : 

1- Claude Louis qui suit III.
2- Nicolas, baptisé le 10 septembre 1686.

 

III Claude Louis de RÉGNIER de VALLIÈRE, né à Chalons-sur-Marne en 1684, vint à Paris en 1699. En 1705 il quitta sa mère qui habitait alors Lugny en Maconnais et entra chez les Chartreux "par un caprice de jeunesse" et y demeura onze ans. Il y fut coadjuteur de la Maison royale des Chartreux de Pierre-Châtel en Bugey en 1709 puis "procureur administrateur du Gouvernement royal de cette maison" en 1711.
En 1716 il quitta les Chartreux et se rendit en Suisse où il arriva à Lausanne le 15 août.
Le 21 octobre 1717, il embrassa la religion réformée "à Genève dans l'église des fidèles".
Le 4 septembre 1724, il devint sous-lieutenant de la Compagnie de  Chandieu La Chaux au régiment de Gingins.
Il épousa, en premières noces à Prilly VD en 1720, Lucerce PÉGAT, décédée sans postérité à Lausanne en 1731.
Il se remaria en 1732 avec Anne Jacqueline CHIRON, née vers 1706 et décédée le 5 août 1749.
Claude Louis de VALLIÈRE décéda en 1758, ayant eu huit enfants de son second maraige. 

1- Suzanne Jacqueline, née à Lausanne en 1733 et y décédée le 24 avril 1741. 
2- Sophie Elisabeth, née à Lausanne le 1er mai 1734 et décédée célibataire après 1790.
3- Jeanne Françoise, née à Lausanne le 3 janvier 1736 et y décédée le 5 suivant.
4- François Henry Samuel, né à Lausanne le 1er mars 1737 et y décédé le 1er janvier 1738.
5- Jeanne Louise Eve, née à Lausanne le 12 septembre 1738 et y décédée le 4 mai 1742.
6- Daniel, né à Lausanne le 10 avril 1740 et y décédé le 28 avril 1740.
7- Anthoine Louis, né à Lausanne le 23 juillet 1742 et y décédé le 26 juillet 1745.
8- Jacques Louis qui suit.

 

IV Jacques Louis de RÉGNIER de VALLIÈRE, alias de VALLIÈRE,  né le 13 juin 1746, reçu bourgeois de Moudon le 7 août 1790, fut pasteur à Syens, Moudon et Thierrens.
Il épousa, à Vevey le 9 décembre 1784, Jeanne Sabine Pauline CHIRON, née le 30 avril 1768 et décédée le 29 avril 1798.
Jacques Louise se remaria en 1798 avec Louise Jeanne Françoise dite Lisette CHAVANNES, née le 27 février 1761 et décédée à Bex le 25 septembre 1823, fille d'Emmnauel Louis CHAVANNES et Anne-Marie née VEILLON  ; Jacques Louis de VALLIÈRE décéda en 1804, ayant eu trois enfants.

Du premier lit sont issues : 

1- Etiennette, alias Stéphanie, née à Moudon le 16 août 1790.
2- Philippe Louise Elisabeth, né à Moudon le 16 février 1791, épousa, à Crissier VD le 18 septembre 1818, Henri Gabriel DUPRAZ, né à Vevey le 6 novembre 1794, pasteur à Lausanne et à Begnins, fils de Jean-Pierre DUPRAZ et Jeanne Suzanne née DUBOIS. Dont postérité.


 Du second lit est issu :
  

3- Louis César François de VALLIÈRE qui suit V. 

Théodore de Vallière 1828-1894

V Louis César François de VALLIÈRE, de Moudon, né en 1798, fonctionnaire de l'état de Vaud, épousa vers 1825 Adeline Madeleine Eléonore CHALLAND, née le 20 juillet 1802 et décédée à  Lausanne le 15 octobre 1870, secrétaire au Département de l'Instruction publique, fille de Pierre CHALLAND et Sophie Rose Françoise née RAVY ;
Lousi décéda à Thoune BE le 24 mais 1877, ayant eu neuf enfants. 

1- Anna, née ne 1826 et décédée célibataire le 15 juin 1913.
2- Théodore, né en 1828 et décédé à Aigle le 21 novembre 1894, licencié en droit de l'Université de Lausanne, fit partie de la Légion anglo-suisse à Smyrne en 1855. 
De retour en Suisse il devint colonel-instructeur de première classe et chef de l'artillerie à l'état major du 1er corps d'armée, et habita Thoune.
Il avait épousé, à Lausanne en mars 1869, Sophie Henriette DUFOURNET, né en 1835 et décédée à Lausanne le 11 avril 1879.
Ils eurent deux filles :  
a- Germaine, née en 1870, épousa, à Monthey VS le 20 mars 1899, Eugène Marie Joseph René de FAUQUE de JONQUIÈRES, né à Toulon le 19 mars 1862, élève de l'Ecole Navale le 1er octobre 1878, enseigne de vaisseau le 5 octobre 1883, lieutenant de vaisseau le 7 mars 1889, capitaine de frégate le 6 avril 1906, chevalier d ela Légion d'Honneur le 28 décembre 1894, admis à la retraite en 1910, mobilisé le 5 août 1914 et nommé au commandement du front de mer de Bonifacio, démobilisé le 12 avril 1919, officier de la Légion d'Honneur le 1er juillet 1925, habitant Cherbourg F-50, Bonifacio, Toulon, puis Nice en 1923, fils d'Amable André de FAUQUE de JONQUIÈRES et d'Anne CRESP.
b- Jeanne, née vers 1873 et décédée célibataire le 18 juillet 1958.
 
3- Louis Benjamin Auguste, né en 1832 et décédé à Lausanne le 19 mars 1841.
4- Sophie, née à Lausanne le 25 mars 1833, y décédée le 8 avril suivant.
5- Emile qui suit, auteur de la branche aînée.
6- Marie, née en 1836 et décédée célibataire à Corbeyrier VD le 8 octobre 1904.
7- Ernest de VALLIÈRE, alias DEVALLIERE, né en 1838 et décédé en 1893 à Owega Tioga aux Etats-Unis où il avait émigré.
Il avait épousé vers 1864 Lydia dont il eut plusieurs enfants :  
a- Lena A. C. de VALLIÈRE, née à New York USA en 1865, mariée avec George W. DARRANCE, né à New York en 1858. 
Ils habitaient Middletown, Orange (New York) en 1920. Dont postérité.
b- Nina A., née en 1867..
c- ? peut-être Helen, épouse d'O. JOHNSON.
d- Hermann A., né à New York le 11 août 1872 et décédé à Los Angeles le 31 mars 1856, marié avec Vivien, dont il n'eut pas de postérité.
e- Lewis C., alias Louis, né en 1875, habitant Washington en 1935, peut-être père d'une fille.
  
- Evelyn, née en 1910, épouse de William JONES, né en 1890. Ils eurent au moins une fille, Elsie May JONES, née en 1939.
f- ? Aline, épouse FORD.
8- Hermann qui suivra VI bis, auteur de la 2ème branche.
9- Lucien qui suivra VI ter, auteur de la 3ème branche.
------------------------------------

Branche aînée, à Lausanne et Paris
 

VI Emile François Jean de VALLIÈRE, né à Lausanne le 1er juillet 1834,  diplomé de l'Ecole d'horlogerie de Genève, ingénieur civil de l'Ecole spéciale de Lausanne (1865), conservateur du musée industriel de Lausanne en 1867, directeur des Salines de Bex 1867-74, auteur d'un travalil sur "La chute du Tauretunum" en 1874, et auteur d'une étude sur "Les dépôts salins dans le district d'Aigle et leur exploitation" en 1887. On lui doit une technique nouvelle qui permettait de pomper l'eau salée, ce qui redynamisa les Salines de Bex. Après Bex, il s'établit en 1874 à Lausanne où il fut ingénieur civil de travaux hydrauliques.
Il épousa le 21 juillet 1867 Marie Elisabeth CHAPPUIS, de Rivaz, née en 1840 et décédée en 1910, fille de Pierre David Louis CHAPPUIS et Aline VEILLON ;
Emile décéda à Lausanne le 18 juin 1908, ayant eur deux fils : 

1- Louis qui suit. 
2- Paul Emmanuel, né à Lausanne le 17 mai 1877, licencié en droit de l'Université de Lausanne en 1901, fut instructeur d'infanterie (1906-1915), major d'état-major (1918-1945), historien, directeur des archives de l'armée pendant la Première Guerre, puis directeur de la Biliothèque militaire suisse (1921-1923).
Il est l'auteur de "Honneur et Fidélité" (deux éditions: 1913 et 1940), "Morat", et "Le 10 août 1792". Il fut également collaborateur de la "Revue militaire suisse", et de la "Revue militaire française", et producteur-scénariste du film "Notre armée" en 1939.
Il avait épousé en 1904 Geneviève Anne van MUYDEN, de Lausanne, y née le 19 mars 1882 et y décédée le 29 décembre 1968.
Paul décéda à Lausanne le 4 août 1959, ayant eu deux fils :  
a- Jean Florent Paul, né à Lausanne le 5 février 1905 et y décédé sans postérité le 6 juin 1992, employé au Palais fédéral à Berne. 
Il avait épousé, en premières noces, Germaine LANG, décédée à Lausanne le 11 juillet 1980. Il se séparèrent en 1953. 
Jean avait épousé, en secondes noces, Irène AERNI, née en 1921.
b- Jacques Claude Georges François, né à Lausanne le 25 novembre 1906 et décédé le 10 juillet 1985, marié vers 1954 avec Nelly CONRAD, né en 1912. 
D'où un fils, Philippe.





VII Louis François de VALLIÈRE, né à Bex VD le 27 août 1868,  ingénieur en génie civil de l'Ecole de Lausanne 1892, fut ingénieur chez Krupp à Essen, ingénieur à Londres, puis ingénieur civil à Lausanne où il participa à la construction du Pont Chauderon en 1905.

Dès 1906 il s'intéressa aux chemins de fer à voie étroite et on lui doit notamment la voie d'Aigle-Sépey-Les Diablerets, et le pont routier-ferroviaire des Planches de près de 64 mètres de portée. Il fut également conseiller communal de Lausanne de 1901 à 1910, et lieutenant-colonel. Après la Première Guerre, il s'établit à Paris.

Il épousa en 1896 Eva Francis FORTEITH HAWSKLEY, du Royaume Uni, décédée en 1925

En secondes noces, il épousa en 1927 Simone de HOUX, française.

Louis de VALLIÈRE décéda à Lignières St-Saphorin le 1er mars 1952, ayant eu deux enfants de son premier mariage : 

1- Marguerite, née en 1897 et décédée en 1977, épouse de Cyril FENDEN puis de Sacha LEDERLIN. Du second lit est issu François LEDERLIN, né en 1920.
2- Maurice qui suit.

VIII Maurice de VALLIÈRE, né à Lausanne le 27 décembre 1899, fut ingénieur, spécialiste des machines-outils, et habita Boulogne-Billancourt.
Il épousa, à Paris 16ème le 6 septembre 1939, Henriette Ambroisine Flore DEGNICOURT, née à Mennevret F-02 le 6 juillet 1902, fille d'Henri Gustave DEGNICOURT et  Léontine Flore née GENDRE.
Maurice est décédé à Paris 16ème le 2 juillet 1984, ayant eu un fils : 

1- Pierre Alex de VALLIÈRE, né vers 1940, marié vers 1963 avec Rosalie Gianna della ROVERE. D'où deux fils.

 

Tour Maurice de Vallière

----------------------------------------

2ème branche, à Chardonne, Neuchâtel, Berne, Kussnacht
 

VI bis Louis Ferdinand Robert Hermann de VALLIÈRE, de Moudon, né à Lausanne le 24 mai 1841, capitaine, naturalisé US en 1898 ;
Il épousa, à Lausanne le 10 septembre 1871, Louise Emma CHAPPUIS, de Rivaz, née en 1848 et décédée le 11 février 1915, fille de Pierre David Louis CHAPPUIS et Aline VEILLON ;

Hermann de VALLIÈRE décéda à Chardonne (Vaud) le 23 janvier 1934, ayant eu cinq enfants. 

1- André, né en 1872 et décédé célibataire le 15 octobre 1891.
2- Irène, née en 1874 et décédée le 6 avril 1963, épouse de Guy. BIGNELL.
Ils eurent une fille :  
a- Elisabeth Charlotte Monique BIGNELL, née en 1909 et décédée à Lausanne le 18 janvier 1957, épouse de Marcel Célestin TOFFEL, de La Roche et Pont-la-Ville, né en  1912 et décédé à Lausanne le 14 mai 1969. Dont postérité.
 
3- Marthe, née en 1876 et décédée le 11 janvier 1872, épouse de Max SILLIG, né en 1873 et décédé le 5 novembre 1959.
4- Florence Geneviève, née en 1878 et décédée le 24 novembre 1933, épouse dès 1906 de Theodor Walter DECKER, natif d'Helsinki (Finlande)
Ils eurent trois filles : :  
a- Virginia Adélaïde Irène Gisèle DECKER, née à Lausanne le 18 août 1907 et décédée célibataire à Enköpiag (Suède) le 3 août 1909.
b- Antoinette Geneviève DECKER de VALLIÈRE, née le 16 octobre 1910 et décédée célibataire à Los Angeles (Etats-Unis) le 3 mai 1989.
c- Odette Régine Ghislaine DECKER de VALLIÈRE, née le 2 novembre 1913 et décédée célibataire à Lausanne le 25 février 2001, esthéticienne, directrice du laboratoire SDS à Lausanne.
 
5- René, né le 23 mars 1880 et décédé en 1968, ingénieur, fut directeur à l'usine Dubied de Neuchâtel puis professeur et membre du conseil de l'EPFZ. Il avait épousé May LOUGH, de Londonderry en Irlande, décédée à Kussnacht (Zürich) le 16 avril 1975. D'où deux enfants : Andrée et Yves.


-----------------------

3ème branche, en Russie, Pologne, Paris et Bâle
 

VI ter Lucien Louis Adolphe de VALLIÈRE, de Moudon, né à Lausanne le 7 octobre 1847, s'établit à Novorossisk (Russie) où il travailla pour une cimenterie.
Il épousa, en premières noces le 2 février 1876, Nathalia ROMANENCO, alias SEMENOVA, décédée en 1887, et en secondes noces, le 3 juin 1888 Vera CHIANAKY, alias CHIONAKI.

Du premier lit sont issus quatre enfants : 

1- Nadine de VALLIÈRE, née le 9 avril 1881 et décédée en 1966, habita Ogarour, puis Lods et Varsovie en 1923, puis fut institutrice à Lausanne en 1959.
Elle avait épousé Alexandre dit Alex ISENFLAMM dont elle divorça.;
Elle eut un fils :  
a- Alexandre de VALLIÈRE, né à Odessa (Russie) le 14 septembre 1897 et décédé à Montbéliard (Doubs) le 30 mars 1981. 
Il avait épousé, le 3 février 1940. Lydia SLOBODZIANIUCK, alias SLOBOYAN, née à Kamienice Podolski (Ukraine) le 20 novembre 1903 et décédée à Montbéliard (Doubs) le 3 juin 1979
D'où quatre enfants:  
- Michel de VALLIÈRE
- Nicolas Simon de VALLIÈRE
- Serge Paul de VALLIÈRE
- Nadine de VALLIÈRE, née à Fesches-le-Châtel le 1er juillet 1948 et y décédée le 4 juillet 1948. 
2- Emilie dite Mika, née le 23 mars 1883, épouse de Stephan TZITOVITCH. 
3- Théodore de VALLIÈRE, de Moudon, né à Novorossisk (Russie) le 1er novembre 1884 et décédé sans postérité à Lausanne le 16 janvier 1963. Il fut ingénieur licencié de l'Ecole d'agriculture de Montpellier puis s'établit en Russie. Il y épousa Victoria SOUBOTCH, russe, née en 1891 et décédée à Lausanne en mars 1981, docteur en médecine dermatologue. 

En 1915, Théodore acquit une propriété en Transcaucasie près d'Evloch Arech, avec 28 ha de vignes, 10 ha de vergers et 750 ha de terrains cultivés en riz, blé et coton. Sa propriété fut nationalisée en 1920. 

De 1920 à 1923, il fut gérant et oenologue des propriétés nationalisées des Princes GORTCHAKOV et GALITZIN. En 1923 il accepte le poste d'ingénieur agronome en viti-viniculture à Samarkand au Turkestan URSS et professeur d'université. En 1938 il possédait à Samarkand une maison avec jardin. Sa femme y avait établi son cabinet de consultation avec de nombreux appareils médicaux et un laboratoire. Théodore avait une bibliothèque scientifique de 3'000 volumes. 

En 1938 ils recoivent un jour l'ordre de quitter l'URSS dans les cinq jours et ils ne peuvent rien emporter. Ils doivent laisser tous leurs biens, fruit de 20 ans de labeur, y compris leurs économies et leurs bijoux. Victoria put emporter quelques appareils médicaux. Ils se rendient alors à Moudon, leur commune d'origine qui leur viendra en aide. Théodore du rapprendre le français.

En 1939 il s'établit à Lausanne avec sa femme dont le diplôme de médecine n'était pas reconnu en Suisse. Elle ouvrit un salon d'hygiène facial et du cuir chevelu. De 1941 à 1944, Théodore travailla à la Station fédérale d'essais de Mont-Calme à Lausanne.
 

4- Hélène de VALLIÈRE, née le 14 mai 1887 (ou 1877), épouse  de Théodore TREPKET.


Du second lit est issu : 

5- Nicolas Lucien de VALLIÈRE, de Moudon, né le 24 février 1889 et décédé à Paris 19ème le 1er mars 1949, fut secrétaire en Pologne des Etablissements de Huta Bankowa aux Acièries Zaklady Huty Bankowej, du 1er septembre 1907 au 31 décembre 1914, puis du 28 août 1923 au 31 août 1939 et habitait Dabrowa-Gornicza (Pologne).

Ayant du quitter la Pologne en septembre 1939, il devint cadre "traducteur technique" de la Société "La Charbonnière d'Aubervilliers" (1940 à 1949) et habita Paris.

Il avait épousé Katherine, alias Catherine, MIROPOLSKA, née le 4 janvier 1892 (ou 22 décembre 1891). Elle habita Paris de 1940 à 1949, Bâle en 1951, puis Allschwil BL (Lilienstrasse 108) en 1957.

Nicolas et Katherine eurent un fils :  

a- Lucien Michel de VALLIÈRE, de Moudon, né à Dronykowa (Pologne) le 18 août 1911, habita Allschwil BL.
D'où un fils.
 



Merci de bien vouloir nous transmettre des informations complémentaires: 
 


Page réalisée par Benoît de DIESBACH BELLEROCHE et complétée par Philippe de VALLIÈRE (1989 & 12.04.2015), Nicolas de VALLIÈRE (17.04.2015) et Jean-Claude ROMANENS (11.05.2015).
Dernière mise à jour : 12.08.2015